Pourquoi est-il urgent de passer aux stories en 2019 ?

Par 23 janvier 2019 février 16th, 2019 Réflexion et analyses

Chaque année, Buffer, l’outil de gestion et de programmation de posts sur les réseaux sociaux édite une étude sur les tendances du social média. Le ‘State of Social report 2019’ n’est pas à prendre à la légère puisqu’il répertorie près de 1800 marketers qui ont livré leurs réponses. Premier titrage de l’étude : « La publicité par les stories est la prochaine frontière ». En nous appuyant sur ces sondages, on remarque que l’adoption est progressive. Mais lorsqu’on pose la question du résultat, c’est encore plus spectaculaire. Les stories bénéficient d’un vrai intérêt de la part des marques depuis quelques années, surtout depuis qu’elles naissent sur toutes les plateformes… 2019 devrait être l’avènement de ce format qui mêle instantanéité et forte visibilité.

Le format originaire de Snapchat qui explose

Vous ne vous en souvenez peut-être plus, pourtant les ‘stories’ sont nées sur Snapchat. Le concept d’histoire éphémère partagée pour 24h, c’est leur invention. Il a ensuite été repris par Instagram, puis Facebook et son pendant Messenger. Youtube est le dernier à l’avoir intégré. Linkedin a quant à lui annoncé le proposer prochainement pour inciter les utilisateurs à partager leur expérience professionnelle sur le vif. C’est bien de cela qu’il s’agit, les stories sont le média de l’expérience, de l’instantané. C’est l’outil que chacun consulte pour savoir ce que font les autres. Dans la course au partage de la moindre tranche de vie, la publicité a de quoi se frayer une place de choix, surtout quand les statistiques révèlent qu’un milliard de comptes en font usage, rien que sur les plateformes de Facebook.

2019, l’année des stories pour les marketers

Si l’écrasante majorité des sondés par l’étude de Buffer n’a pas encore testé le format (62,9%), ceux qui ont sauté le pas sont partagés. Il l’ont fait essentiellement sur Instagram (19,3%), mais aussi sur Facebook ET Instagram (13,2%). Facebook qui peine à faire adopter l’exercice reste à la traîne avec un maigre 4,6%.

Pour ce qui est de la pertinence du format, l’étude de Buffer pose une question cruciale : « Dans quelle mesure les stories ont-elles été efficaces dans le cadre de votre stratégie social media ? » 57% des marques pensent qu’elles ont été « plutôt efficaces » ou « très efficaces » ! Seuls 7,7% répondent « plutôt inefficace » ou « très inefficace ».

Le plus intéressant dans ces graphes reste la volonté d’investir dans la publicité via les stories pour 61% du panel. C’est donc un véritable axe de développement assumé pour l’année à venir.

Une adoption du format vidéo de plus en plus massive

C’est ce que disent tous les professionnels depuis des années, l’avenir est dans le contenu vidéo. L’étude Buffer révèle que seulement 14,5% des interrogés ne communiquent pas par le biais de la vidéo. C’est 25% de moins que l’étude précédente ! Facebook reste sans surprise le support le plus utilisé pour diffuser les contenus vidéos, devant Youtube et Instagram. Linkedin réussit une percée honorable puisqu’il ne propose de le faire que depuis l’année dernière sur les pages entreprise.

Beaucoup de marques ont cédé aux sirènes du marketing d’influence, s’appropriant ainsi les flux Instagram des blogueu.r.ses., les chaînes Youtube… Mais quand Enjoy Phoenix, célèbre Beauty-Guru somme les services RP de supprimer ses contacts de leurs listes, le concept s’épuiserait-il ? Les créateurs de contenu aspirent à proposer leurs propres vidéos, leurs propres idées, leur sensibilité et refusent le harcèlement des marques.

Vous me voyez venir. Les stories-ads permettent de s’immiscer parfaitement entre les stories de vos abonnements favoris, aux côtés des créateurs de contenu, sans avoir à les solliciter. On a simplement réinventé le pre-roll Youtube, mais sur d’autres plateformes… Ainsi, les marques peuvent investir leur image en vidéo sur presque tous les réseaux sociaux, puisqu’on l’a vu, ils proposent désormais tous ce format. Seule nécessité : travailler drastiquement sa manière de communiquer et de créer des contenus. Les exemples en matière de codes vidéos parmi les plus effaces et reconnus aujourd’hui s’appellent Brut. ou encore Konbini qui depuis longtemps diffusent leur contenus en vidéo mais également en Stories.

L’idée de Netflix et Spotify : faire de chaque utilisateur un relais de diffusion

Après Spotify qui permet d’intégrer de la musique à ses stories, Netflix s’est lancé ce jour et pousse l’expérience encore plus loin. L’app pour iOS, permet désormais le partage sur Instagram Stories. Pourquoi ? Permettre aux utilisateurs de partager films et émissions via leurs stories. Ainsi, chacun devient un ambassadeur des contenus Netflix auprès de ses abonnés. Les titres partagés de cette façon permettent d’afficher l’illustration de sa série favorite et les utilisateurs peuvent y ajouter leurs propres autocollants. Chaque film ou série ainsi partagé sur Instagram renvoie à Netflix, ce qui permet aux utilisateurs de commencer à regarder en quelques clics.

Nous sommes toujours à la recherche de moyens pour faciliter la diffusion des titres Netflix par les membres et les aider à découvrir quelque chose de nouveau à regarder.

Porte-parole de Netflix dans Variety

Reste à savoir si les utilisateurs vont réellement s’approprier la fonction. Instagram semble vouloir sans cesse valoriser ses Stories avec l’ajout de fonctions : sondages, autocollants et dernièrement compte à rebours. Cela suffira-t-il aux marques pour s’approprier elles-aussi ce format ? Dites moi en commentaires si vous comptez en faire usage, ou si vous avez déjà eu l’occasion de tester !

Commentaires

Échangeons par e-mail : hello@sribeiro.fr
Disponible dans la région de Metz ou dans la métropole Lilloise.